Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

distinguo

Nous étions 3 milliards en 1960, sommes 7,4 milliards et serons 9,7 milliards en 2050. Dans ces conditions, qui honnêtement ne se sent de trop sur cette planète?

De plus, du fait de notre supériorité spécifique (en ce qui concerne l’intelligence calculatrice), de notre nature prédatrice (un exemple: chaque habitant a mangé en moyenne 43 kilos de viande en 2014) ou encore de notre mode de vie, nous détruisons consciemment notre environnement.

De bonnes raisons sans doute pour lesquelles nous nous suicidons littéralement, chose que nous ignorons (nous préférons employer des métaphores telles que « scier la branche sur laquelle nous sommes assis, foncer droit dans le mur, etc » pour parler de notre comportement, mais c’est la même chose) car la nature qui a vraisemblablement décidé - par résilience peut-être - de se débarrasser de nous, ne nous permet évidemment pas de le comprendre, de voir les choses de cette façon.

Pourtant si chaque humain est de trop, aucun n’est en trop car dans son génie, dans son unicité, dans son silence, dans sa respiration, dans sa communion avec la nature, avec la vie et son souffle, dans sa conscience d’être, dans son humanité au sens noble du terme donc, il est (comme tout être doté de vie d'ailleurs), la Réalité Ultime.

 

 

 

 

P.S: Dans le billet du premier juin 2009 il était question d’un important souhait.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article