Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

atténuation

Le paradoxe ultime* de la philosophie, c’est la condamnation sans appel du créateur pour sa création livrée à la souffrance par celui qui le remercie de façon implicite à chaque instant pour la jouissance, voire l’extase, qu’il éprouve à en faire partie.

 

 

 

 

*: Mais pas du tout dérangeant, ni pour le philosophe (« Je suis assez mûr pour reconnaître les erreurs de jeunesse que je fais encore », disait Gene Kelly dans Un Américain à Paris.), ni pour le méditant qui transcende constamment le paradoxe d'être pour rien, strictement pour rien.

P.S.: Dans ce second billet du 12 mai 2015 il était question d’interrogations. Je lui adjoins, avec à-propos me semble-t-il, cette photo prise depuis mon banc de méditation, il y a quelques jours.

7 mai 2016, 6h13 du matin, un surplus de silence

7 mai 2016, 6h13 du matin, un surplus de silence

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article