Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

hypothèse

Pour comprendre quelque peu ce monde, pour s’extasier du miracle de l’existence de « quelque chose » et d’autre part pour se plaindre de la souffrance qui lui est consubstantielle, peut-être faire l’hypothèse d’un dieu absolu et neutre (Brahman) et d’un autre, créateur et sadique (Kali), par moments(1) du moins.

 

 

 

 

(1): Par moments, ce créateur (elle, s'il s'agit bien de Kali) nous laisse au bonheur et même à l'extase. Mais ces moments, sans être négligeables, loin de là, sont, sauf erreur, inaptes à faire le poids avec l’impermanence (anityam*), l’absence d’individualité (anatman**) et surtout la souffrance (duhkha***) de tout ce que ce « quelque chose » englobe.

*: Anityam: Trilakshana : « Sarvam duhkham, sarvam anityam, sarvam anatman. » (Bouddha) (Tout est douleur, impermanent, sans consistance irréductible.)

**: Anatman: Trilakshana. A noter que les hindous ne sont pas d’accord avec les bouddhistes sur ce point précis.

***: Duhkha : Trilakshana et « Duhkameva sarva vivekinah. » (Yoga sutra de Patanajali, II, 15) (Tout est douleur pour le sage).

P.S.: Dans le billet du 16 avril 2009 il était question d’une bifurcation fondamentale.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article