Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

évasion

Outre l’analogie entre la méditation et l’écriture telle qu’évoquée récemment ici, le 8 avril, il en est une autre entre la méditation, ce voyage intérieur, et le voyage proprement dit, entendez tel qu’on le concevait il y a trente ans encore: l’aventure, sac au dos et Nikkormat en bandoulière: Gülane park et chez Yener, puis Herat, Kathmandu, Rishikesh, Anjuna, Kuta beach (Bali) sans parler d’Ayers rock ou du Machu Pichu, rien à voir avec ce que l’on entend aujourd’hui par voyage, quand tout a été déjà « fait », quand partout quelqu’un est passé avant vous et a laissé le plus souvent un mauvais souvenir que vous aurez du mal à faire oublier.

Ce voyage-là, impossible aujourd’hui, il fallait moins de l’argent que du temps pour l’accomplir. On se posait parfois, on s’ennuyait délicieusement dans un ashram ou dans une cabane en bord de mer ou de précipice avec trois livres qu’on n’ouvrait même pas. L’ennui, cet excellent point de départ à la méditation, on l’aimait. Et on revenait de là-bas transformés, renaissants, reposés et un peu moins étrangers à nous-mêmes. 

 

 

 

 

 

P.S.: Dans le billet du 18 avril 2008 il était question d’élévation.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article