Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

périls

L’avenir du monde nous inquiète. Les fléaux les plus évidents* qui le menacent sont le consumérisme (responsable de la catastrophe écologique imminente), l’extrémisme droitier et le religieux.

Ces derniers temps, le religieux fait beaucoup parler de lui car il fait de gros dégâts. Il a donc les faveurs de la presse. Trop hélas, car non seulement cela donne aux recruteurs de canailles candidates aux paradis lubriques une publicité gratuite (ainsi qu’une consolation aux fondamentalistes passifs d’être des laissés-pour-compte du bonheur terrestre), mais surtout cela nous fait négliger d’autres urgences, politique d’abord, écologique ensuite.

Politique: ce religieux est l’arbre qui cache le bosquet xénophobe. Bientôt, par peur, haine et bêtise (car ce sera au détriment de tous) nous élirons des dictateurs qui déjà se frottent les mains de la tournure que prend ce monde menacé par le religieux.

Ecologique: le bosquet xénophobe cache lui-même la forêt de notre démesure consumériste, ce fléau absolu: cette forêt pourtant nous implore, mais nous restons sourds et aveugles, nous nous refusons à la décroissance qui devrait pourtant être notre priorité absolue, et pas demain, pas même dans une minute: maintenant. Mais non, nous continuerons à polluer, détruire, réchauffer notre terre et nous suicider.

 

 

 

 

*: Il en est encore d’autres, que je ne dépeins pas ici: le nucléaire, la surpopulation, les inégalités, les flux migratoires inhibés, l’économie en crise, la finance véreuse, etc …

P.S.: Dans le billet du 24 mars 2015 il était question d’une exclusivité.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article