Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

regret

Assis dans le grand silence du monde, le méditant se drape d’une couverture, l’hiver, mais d’un simple châle de coton, l’été. Il s’adapte aux saisons.

Le hatha yogi fait de même: sa pratique s’ajuste au temps qu’il fait tôt le matin sur les bords du Gange. En hiver par exemple, il s’échauffe plus longtemps et il privilégie les vinyasas (asanas en série) et des postures (asanas) que l’on peut tenir longtemps sans glisser (puisqu’on transpire moins qu’en été). Les pranayamas aussi diffèrent selon la température à l’aurore.

Hors de l’Inde, certains « cours » de yoga ne respectent pas les saisons et c’est regrettable*. Il est vrai que l’on y néglige aussi parfois la méditation de fin de séance (que le hatha yoga est sensé préparer), ce qui vide de facto la séance de son sens.

 

 

 

 

*: Et cela, même si les séances s’y pratiquent à l’intérieur: notre corps est marqué par les saisons.

P.S.: Huit ans jour pour jour, dans le billet du 29 février 2008 il était question de justesse.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article