Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

limites

1/2

Pour l’esprit limité qui m’habite, le religieux est pathologique. Et je dis en cela en étant bien conscient de l’insolente prétention de mon jugement, celui d’un adepte des lumières mettant en avant la raison comme vertu suprême, alors que je sais pour avoir beaucoup parcouru le monde et côtoyé ses cultures, que tout est relatif et que donc tous les jugements se valent. Je ne l'ignore pas: nos certitudes se doivent d’être déconstruites et, en l’occurrence, celles d'un esprit adepte de la raison: elles ne sont nécessairement pas plus proche de la vérité (celle-ci n’est peut-être que l’illusion ultime, à laquelle aspirent pourtant tous les humains, fanatiques ou non) que celles d’un esprit religieux.

Mais qu’importe, je persiste déraisonnablement, persuadé qu’il faut parfois avoir des opinions auxquelles on tient (peut-être pour échapper à ce qui est pour soi la folie). Pour moi, donc, l’esprit religieux souffre de son asservissement au dogme et à l’autorité (d’un autre que soi). Etre sous l’emprise de la superstition, ce serait ne pas avoir accès à la raison et donc à l’esprit critique, première clé, selon moi, sur le chemin de la liberté (autre concept peut-être illusoire).

Est-ce si extravaguant dès lors de considérer que l’appartenance à une foi n’est pas vraiment la meilleure façon de tirer parti de son intelligence, cette si belle chose quand elle est tournée vers la curiosité, l’ouverture et la transcendance?

Et est-ce être inconsidérément angoissé que de voir dans la montée en puissance des religions un des plus préoccupants problèmes de ce 21ème siècle qui n'avait pourtant pas besoin de cela pour si mal commencer?

 

 

 

 

P.S.: Dans le billet du 17 février 2015 il était question d’une analogie.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article