Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

lucidité

Nous sommes une race jeune, nous n'avons pas vécu des millions d’années comme les dinosaures. Notre temps s’étant accéléré récemment, nous venons de connaître trois révolutions déterminantes*, et voilà déjà qu’à cause des deux premières nous agonisons. Nous serons bientôt à court de ressources matérielles (déjà nous mangeons en un peu plus de huit mois ce que notre planète nous octroie annuellement**) et de ressources psychologiques (c’est ici de limites inhérentes à notre psyché*** dont il s’agit) pour nous ressaisir en maints domaines****, et notamment, puisque c’est de brûlante actualité, pour éviter ce réchauffement climatique qui nous portera l’estocade.

Pourtant depuis peu des initiatives locales à vocation salvatrice et vraiment axées sur le faire sont répercutées par les médias et font des émules (la Cittadellarte de Michelangelo Pistoletto, ce précurseur de la décroissance, l’agriculture repensée de Pierre Rabhi, la permaculture de Bill Mollison et de David Holmgren, etc…), même si le temps des vains beaux parleurs, ces adeptes du « je l’ai toujours dit » ou du « y a qu’à » n’est pas encore révolu, comme on le voit bien à Paris, ces jours-ci. Mais on sent aussi que c’est bien tard, que ces initiatives courageuses ne pourront faire boule de neige, que rien n’arrêtera notre glissade.

Pascal avait bien raison en disant (vous lisez cette remarque célèbre depuis plus de huit ans en exergue de ce blog quand vous avez la bonté de lui rendre visite) : « Quand je m’y suis mis quelquefois, à considérer les diverses agitations des hommes et les périls et les peines où ils s’exposent, dans la cour, dans la guerre, d’où naissent tant de querelles, de passions, d’entreprises hardies et souvent mauvaises, etc., j’ai découvert que tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre. [ … ] » (Pensées, 139) 

 

 

 

 

*: Révolutions qui n’ont pas eu que des effets négatifs: la première (1750-1830), liée à l’apparition de la machine à vapeur (pour faire bref) améliora les transports et la deuxième (1870-1910) vit l’essor de l’électricité, du moteur à combustion, de la lampe à filament, de téléphone, du phonographe, de la radio et du cinéma; les deux contribuèrent à l’amélioration des conditions de vie et de la santé, ce qui augmenta l’espérance de vie, tout en dégradant (nous y voilà) l'environnement. La troisième, pour info, est bien entendu celle d’internet, qui me permet de vous écrire et dont le bilan que l’on en fera dans le futur dépendra de ce que l’on en aura fait.

**: http://www.overshootday.org

***: Relire le livre déjà prémonitoire d’Ervin Laszlo, membre du Club de Rome, paru en 1989, The Inner Limits of Mankind.

****: En vrac, et en vitesse parce que c’est trop triste: la surpopulation humaine, l’usage calculateur de l’intelligence, la religion (ce que Constantin Brunner avait appelé la pensée superstitieuse ou mieux encore, l’imitation de la véritable créativité spirituelle), les inégalités, les injustices, la cruauté, la bêtise, l’inculture, l’inaptitude à concevoir notre brève existence comme un tremplin vers la transcendance, notre incapacité à utiliser les énergies qui conviennent (gracieusement offertes pourtant par le soleil, le vent et l’eau), et puis encore le nucléaire (civil autant que militaire), la pollution, les arbres que l’on coupe pour nous servir de la pâte à choco, le trafic aux portes de Bruxelles et même dans ma commune (une heure pour faire dix kms, les matins de semaine), la disparition des sauterelles dans mon jardin, la mise à sac de la terre (y compris les mers), et que sais-je encore.

P.S.: Dans le billet du 10 décembre 2008 il était question d’une hypothèse audacieuse.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 1

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article