Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

étonnements

Le philosophe est celui qui s’étonne là où son voisin ne voit rien. De surprise, il écarquille en quasi permanence les yeux, quand l’autre reste assoupi, drogué par l’habitude.

D’abord, c'est qu'il est consterné par l’attitude de hommes à laquelle il ne peut décidément se faire.

Mais c’est surtout d’émerveillement dont il ne revient pas. Devant nombre hommes d’abord - qui, malgré leur grandeur d’âme (il y aurait tant à dire!) ne parviennent pourtant pas à changer la tonalité de l’ensemble humain - mais aussi devant cette belle planète qu’il peut apprécier (les fleurs, les arbres, les oiseaux, les papillons, les matins calmes, les aurores et les crépuscules, les soirées sans vent, les nuits de lune ou noires, les ciels étoilés, etc.), lui, car il s’en donne encore le temps.

Mais ce qui lui donne le plus sûrement ces yeux écarquillés, c’est l’étonnement d’exister, un émerveillement revenant à chaque respiration, qui a pour nom bonheur.

 

 

 

 

P.S.: Dans le billet du 26 décembre 2014 il était question d’efficacité.

Vers minuit à Sommarøy, Norvège, le 29 juin 2013

Vers minuit à Sommarøy, Norvège, le 29 juin 2013

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Emma 27/12/2015 13:52

Je vous souhaite plein de petits bonheurs et d emerveillements pour ces jours de fêtes.
Merci pour cette année de billets.
Emma

Marc 28/12/2015 17:38

Merci Emma. A vous aussi.