Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

perfection

Certains vous diront qu’il ne saurait y avoir de méditation quand il y a un effort conscient réalisé pour méditer, d’autres, que pour méditer réellement il ne faut viser aucun résultat, celui-ci étant perverti automatiquement par le moyen employé, d’autres encore, que quand on n’est pas , mais ailleurs dans ses rêves, dans le passé ou le futur, on fait tout autre chose que méditer, et d’autres enfin, que méditer serait la marque même de l’esprit illuminé, mais attention, pour cela il faudrait que la posture soit « correcte » selon leurs critères.

Plus conciliants et voyant les choses sous un angle moins obtus, il en est encore qui balaieront ces discours normatifs en prétendant que ce serait déjà bien d’éprouver pendant quelques instants de son assise ce que Nijinski ressentait par moments: le fait de disparaître derrière sa danse, d’échapper à la gravitation, de vivre l’extase. Et je m’en voudrais en terminant cette liste non exhaustive d’opinions sur l’assise, de ne pas mentionner celle de ce vieux moine qui prétendait que le seul fait de s’asseoir en silence, ne fût-ce qu’un instant, vous assurait mille bienfaits dans autant de vies futures.

En réalité, puisque que tout serait parfait - y compris donc la posture, cette métaphore par excellence de l’illumination possible du monde - méditer serait au dessus de tout jugement.

Allez savoir si c’est vrai! En tout cas si on pensait ainsi on serait bien aidé! (Quoi de plus incommodant en effet que ne pas s’accommoder de ce que l’on a/est/pense quand on médite?)  Méditer serait alors extatiquement inaméliorable.

 

 

 

 

P.S.: Dans le billet du 6 novembre 2013 il était question d’indicibilité.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article