Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

innocence

Dans certains ashrams de l’Inde éternelle on peut se promener avec une étiquette bien visible sur laquelle il est écrit « mouna ». Cela veut dire que l’on veut rester silencieux. Tout louable qu’il soit, ce silence que l’on s’impose n’a rien à voir avec celui qui s’impose parfois à nous indépendamment de toute circonstance, de toute démarche. Ce silence-là, même si c’est assis (en silence) qu’on le perçoit et en jouit le mieux, n’est en aucun cas de l’ordre de la récompense. Il est fortuit et à la portée de chacun (avec peut-être une plus probable occurrence chez ceux qui ne pensent pas le mériter, mais cela reste à prouver). Personne ne peut l’acheter, pas plus le riche que le vertueux conscient de ses mérites. S’il y a une justice en ce monde, c’est dans cette équité. Et c’est peut-être d’ailleurs la seule justice qui soit.

 

 

 

 

P.S.: Dans le billet du 26 novembre 2014 il était question de la profession de foi d’un sceptique: supposition.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article