Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

majesté

Qui aurait bien pu sciemment inventé le monde dans lequel nous vivons, où les vivants (sur cette terre notamment) connaissent la souffrance d’intensité infinie (voyez par exemple les périples tragiques de ces réfugiés fuyant les barbares de Syrie), et cela irrémédiablement, entendez: sans espoir qu’un jour le bonheur auquel ils auraient pu, pourquoi pas, avoir droit*, la remplace?

Dès lors, nous vient l’intuition qu’à la mort de chacun d’entre nous, il n’y aura sans doute personne pour nous accueillir, soit parce que le créateur n’existe pas, soit parce qu’il a honte.

Donc pensons à bien vivre, et pleinement, car après il n’y aura vraisemblablement plus rien à voir, plus rien de majestueux en tout cas.

 

 

 

 

*: « Qui peut mériter ces aberrantes peines? Y a -t-il quelqu’un qui aurait pu les concevoir? » (Extrait du fragment 49 de Presque raison dans Fragments Verticaux de Roberto Juarroz, Ed. Corti, 1984)

P.S.: Dans le billet du 8 octobre 2008 il était question de stupeur.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article