Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

révélation

De la même façon que la peinture d’une montagne n’est pas la montagne même (relisez éventuellement le billet du 23/6/15 à ce sujet), toute chose observée par nous n’est pas cette chose dans l’absolu mais sa représentation* filtrée par nos sens et par nos idées préconçues à son sujet.

L’observateur interprète, déforme la réalité pour la faire «  sa réalité ».

Paul Klee disait que la peinture ne sert pas à rendre le visible mais à rendre visible (billet du premier mars 2015). Quoi qu’il ait voulu dire par là, on se rend bien compte que dans la distinction entre le visible et le rendu visible (révélé alors par la peinture) on est là au cœur du sujet.

C’est quelque chose de l’ordre de ce dévoilement que recherche le méditant, et il le fait d’autant mieux qu’il ignore que c’est cela sa véritable quête et qu’il ne s’égare pas dans une recherche de mots pour la décrire, si ce n’est parfois par la poésie, comme l’ont fait Bashõ, Han Shan, Roberto Juarroz ou encore Werner Lambersy.

 

 

 

 

*: Pour une réflexion plus approfondie à ce sujet, il convient de creuser le concept bouddhiste d’agrégat de la conscience (vinnanakkhandha).

P.S.: Dans le billet du 3 juillet 2007 il était question de reconquête.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article