Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

pureté

Il se trompe peut-être celui qui affirme que la vie n’est pas belle et que le paradis n’est pas sur cette terre. Certes il faut, à l’image de la nature, se maintenir dans l’instant pour percevoir la beauté du monde. C’est ainsi que dès cinq heures, ce délicieux matin d’été, à écouter les tirades* de ces deux merles qui ont enchanté le printemps, je l’ai vécu, ce présent, un mug de café à la main. Je n’écoute plus la radio depuis la Suède, et donc les abominables nouvelles, les insupportables publicités qui les entourent, la vulgarité de l’époque, tout cela n’existe pas. Il suffit de le décider.

Revenu à une vie paisible, tout un chacun pourrait comme moi constater qu’au fond le monde est beau et que, contrairement à ce que disait Sri Nisargadatta Maharaj, le mental peut être heureux**.

Quant à moi, ce matin sur cette terrasse, face à ce jardin d’une incroyable beauté, entre deux moments de totale extase je ne me posais que deux questions:

Puisqu’il faut faire Réellement abstraction du temps qui entoure (passé, futur) l’instant qui passe pour apprécier celui-ci et entendre enfin cette nature que l’on écoute et, en la regardant bien, réussir à la voir, le temps existe-t-il Réellement? Ne sommes-nous pas, nous humains vivant (dans) le temps, dans l’illusion (maya) si tout nous crie que c’est hors de lui que se trouve l’extase?

Et, seconde préoccupation du jour, mais en toile de fond (elle me revient chaque jour, me rendant triste à l’avance): ce merle chanteur va arrêter totalement ses vocalises (au plus tard à la mi-juillet, déjà elles se font moins fréquentes). Se dira-t-il alors: voilà, c’était ma dernière note de l’année? N’a-t-il pas le sens du passé et du futur, lui?

 

 

 

 

*: Ils se tairont bientôt, je le sais d’expérience, pour ne les reprendre qu’au printemps prochain.

**: « Le désir est le souvenir du plaisir et la peur le souvenir de la souffrance. Les instants de plaisir ne sont que des îlots dans le flot de la souffrance. Comment le mental pourrait-il être heureux ? » (Sri Nisargadatta Maharaj)

P.S.: Dans le billet du 2 juillet 2010 il était question de certaines approches.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article