Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

intelligences

Sommes-nous les seuls dans l’univers? Il me semblait que la question ne se posait plus tant il me paraissait improbable que la réponse fût oui. Mais voilà qu’en quelques jours deux scientifiques me font douter.

D’abord, dans un article du Monde paru le 20 juillet, il nous était dit qu’au récent lancement du programme Breakthrough Message, visant à observer les confins de l’espace à la recherche d’une vie intelligente extraterrestre, Stephen Hawkins aurait déclaré que « dans un univers infini, il doit y avoir des traces de vie. Quelque part dans le cosmos, peut-être, une vie intelligente regarde ». Remarquez sa prudence: « il doit y avoir », « peut-être ». Cela m’a surpris, tant la probabilité d’être les seuls me paraissait faible.

Et trois jours plus tard, toujours dans le même journal, un article intitulé « La crise climatique est une crise de sens » rendait compte d’une réunion d’une quarantaine de personnalités politiques et religieuses à Paris pour lancer un « appel des consciences », alors que notre planète se réchauffe dangereusement. Et là, l'astrophysicien américain Trinh Xuan Thuan semblait sûr de son coup, lui, car il certifia à son auditoire que « notre planète est la seule qui héberge la vie intelligente. » Et il poursuivit avec cette remarque impitoyable: « Si nous nous autodétruisons, nous créerons du non-sens dans l'Univers ».

Certes, si nous sommes les seuls êtres intelligents de l’univers, le spectacle de « non-sens » que nous offrons en nous suicidant et en entraînant nombre d’autres espèces dans notre chute n’en est que plus tragique. Mais que Stephen Hawkins trouve la réponse à sa question ou pas et que Trinh Xuan Thuan soit dans le vrai ou non, peu importe au fond: l’exemple donné par les humains suffit pour se poser la question du bien-fondé de l’intelligence d’une espèce plus futée que les autres au point de n’avoir plus de prédateurs. Prédatrice elle-même et irréfléchie quant à la gestion de son environnement, elle agit étonnamment pour l’aveugle profit de chacun de ses membres sans considérations de modération et de durabilité. Pourquoi en serait-il autrement sur d’autres planètes que la nôtre et avec d’autres espèces très évoluées?

Les questions fondamentales seraient plutôt: Dieu* aurait-il fait une erreur en misant sur l’intelligence d’une forme de vie? Avait-il pensé que nous aurions utilisé notre cerveau pour nous rapprocher de lui, attester de son existence et se questionner extatiquement sur le mystère qu’il mettait devant nos yeux? N’avait-il pas imaginé un seul instant que nous pourrions nous venger de notre finitude en recherchant tous les profits personnels que notre intelligence, dévoyée à des fins exclusives (ou presque) de calcul, allait nous permettre d’engranger?

 

 

 

 

*: Appelez comme vous voulez cette création (dont une merveilleuse manifestation vous est proposée dans la photo en contrebas), lui donner le nom de dieu ne veut pas dire que vous lui accordiez nécessairement un créateur, et encore moins un créateur bienveillant. (Tout ceci relève d’un mystère dont il faut se nourrir, tout en ne se faisant aucune illusion sur notre capacité à le résoudre.)

P.S.: Dans le billet du 25 juillet 2014 il était question d’insouciance.

Double, ce matin...

Double, ce matin...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article