Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

incrédulité

Le karma* est un concept commode qu’a inventé un certain hindouisme pour soutenir que les injustices sociales sont inéluctables et donc pour ne rien faire pour les adoucir, voire les éradiquer. Cela arrangeait bien ceux qui avaient intérêt à ce que rien ne change et cela pétrifiait, en les consolant quelque peu, et de leur inaction, et de leur triste sort qu’ils avaient « bien mérité », ceux qui auraient eu intérêt à se révolter contre les privilégiés de naissance.

Mais aussi, ce concept de prarabdha karma permettait ne pas avoir à répondre rationnellement aux questions suivantes: « Pourquoi tant d’injustice en ce monde ? Un créateur bienveillant et tout puissant aurait-il pu inventer l’équation « vie = souffrance » ? Chacun payait pour ses erreurs passées ou jouissait des bonnes actions accomplies dans une vie précédente, l’injustice apparente du monde se justifiait ainsi. On ne cherchait pas plus loin, on ne voyait pas ce que concept avait de pernicieux et d’aveuglant.

Lors de mes voyages en Inde, j’ai souvent posé ces deux questions à des intellectuels hindous et à des jnana yogis. Les réponses étaient toujours les mêmes. Ou l’on me citait sans grande conviction un passage de la gita ou de tout autre livre sensé répondre à ces questions, passage qui, en toute sincérité, ne satisfaisait même pas réellement mes interlocuteurs (« La vue d’un gâteau de riz ne satisfait pas la faim », disait-on dans le Japon ancien), ou l’on hasardait un autre concept commode dans ce genre de débat: l’illusion fondamentale (maya) qui nous ferait voir le monde comme il n’est pas et non comme il est, à savoir Brahman, la Réalité Ultime: là où nous voyons la souffrance, il n’y en aurait en Réalité pas, le mendiant à nos pieds dans le cloaque de la rue ne serait pas malheureux, et partout sur cette planète, les enfants hurlant d’être né, les cocus, les malades, les pauvres, les mourants non plus.

« Soit, mais si le créateur est tout puissant, pourquoi a-t-il alors donné à l’illusion le goût de la souffrance et non de l’extase? », avais-je coutume de demander alors.

Là, plus aucun livre ne venait à leur secours. La réponse ne venait jamais. Vous la connaissez, vous?

 

 

 

 

*: Le prarabdha karma plus exactement, celui qui concerne les actions accomplies dans une vie antérieure et dont les effets se feraient ressentir inévitablement en cette vie.

P.S.: Dans le billet du 7 mai 2009 il était question de trajectoire.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article