Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

prémonition

Dans un proche futur, le monde du vivant devra faire face à (au moins*) deux défis essentiels pour survivre:

Le premier sera le réchauffement climatique qui fera des dégâts partout et provoquera ce changement anthropocène dont tout le monde parle. Et si contrairement à d’autres espèces, l’humanité en réchappe (en s’y adaptant cahin-caha) elle devra encore composer avec sa surpopulation, d’où résultera une course de chacun pour sa survie (the rat race for survival).

Les progrès de l’informatique feront de ceux qui restent des esclaves implorant du travail.

La vie privée ne sera plus qu’un luxe oublié, comme le sont déjà aujourd’hui le non-conditionnement des esprits, la vie sans stress et le temps libre (pas cette sorte de liberté accordée au compte-goutte à seule fin de maintenir l’esclave en mesure de produire). 

Les curriculum vitae seront remplacés par une sorte de Facebook auquel tout un chacun et donc aussi les employeurs auront accès. (Ce sera bien plus instructif que toute prétention écrite; et il ne faudra d’ailleurs pas obliger les gens à se vouer à l'épanchement - toujours  révélateur, parfois involontairement -, ils adorent déjà le faire.)

La méditation, cette activité d’homme libre dans sa tête, sera proscrite. Elle devra se pratiquer dans le plus grand secret, après que l’on ait trouvé un lieu exempt de caméras et d’espions faisant semblant de méditer avec vous, mais en réalité vous surveillant depuis une puce sous-cutanée.

 

 

 

 

*: Pêle-mêle, le danger nucléaire (civil et militaire), les armes de destruction massive, la pollution, les extrémismes et fondamentalismes, les dictatures, le chacun pour soi, la faim, la soif, l’urbanisation, la grégarisation comportementale, la noyade dans la virtualité écranique, les formatages technologique, politique, religieux, l’abandon des idéaux et des causes, l’aquoibonisme, le déni de la nature et son éradication, le réification de l’animal, la consommateurisation, la disparition de la notion même d’acte gratuit, l’accentuation des déséquilibres (genres,  races, classes sociales), l’exclusion sociale et la paupérisation des classes moyennes dans un monde qui, sans vouloir décroître, ne connaîtra plus la croissance, les flux migratoires, le terrorisme ou encore la généralisation de l’irrespect sont quelques autres menaces, et à l’instant j’avoue ne pas avoir le courage d'envisager toutes celles qui pèseront sur nos enfants. Sans compter qu'on ne pourrait qu'oublier  certaines d'entre elles auxquelles on pense moins (la biotechnologie par exemple, ou l'intelligence artificielle, les épidémies, l'arrêt du Gulf Stream, un météorite, et même - pourquoi pas - des extraterrestres excédés par le mésusage de notre "intelligence" et nous jugeant indignes de l'univers, etc) car comme disait Géza Csàth(*): « Même si j'imagine le pire, l'avenir peut surenchérir. »

 

 

 

 

(*): Cité par Nucéra dans Mes Ports d'Attache, Grasset, 1994, p. 157 (bel et bien orthographié avec un accent aigu sur la couverture de ce livre).

P.S.: Le billet du 9 mars 2013 hasardait une définition de dieu: suggestion.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Emma 11/03/2015 10:17

Bonjour,
En dehors des classiques de la littérature d'anticipation.
Je vous conseille Carbone modifié de Richard Morgan, qui vous donnera un petit aperçu de ce que le progrès scientifique nous apportera.

Bonne journée
Emma

Marc 20/03/2015 11:28

Merci pour le tuyau.
Belle journée à vous.