Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

perfection

« Le problème avec le temps, c’est qu’il passe; quand on est bien, il devrait s’arrêter » : voilà sûrement une pensée qu’ont déjà eue les méditants. Mais sans en faire un problème.

Car tout est bien ainsi et si le temps s’arrêtait parfois, ce ne serait peut-être pas si bien que cela. C’est que toute éternité est à craindre, et que celle de l’extase ne déroge pas à cette règle. L’instant parfait n’aurait plus de sel et nous mourrions d’ennui, figés dans notre ravissement.

 

 

 

 

P.S.: Le billet du 5 février 2012 s’intitulait: philosophie.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Sylvie 12/02/2015 13:50

L'éternité est un concept immatériel, pour le reste c'est notre affaire on est avec ou on fait notre propre trace qui selon moi mène nulle part c'est comme errer. L'éternité c'est loin très loin mais c'est la seule chose qui vaut la peine, j'ai pas peinée pour rien je suis sortie de ma fosse.

Amitiée

Marc Delforge 12/02/2015 16:45

J’aime beaucoup ton image de la fosse. Elle me rappelle ce que disait Nabokov:
« Le berceau balance au-dessus d’un abîme, et le sens commun nous apprend que notre existence n’est que la brève lumière d’une fente entre deux éternités de ténèbres. »
(Autres Rivages, Nabokov, Gallimard, 1961, p.13)
Amitiés

Thierry VAN BRABANT 12/02/2015 13:20

Et pourtant Patanjali nous dit (mais c'est tout à la fin de son traité: YS IV 33) Ce processus de transformation qui se passe d'instant en instant est seulement perceptible lorsqu'il s'achève. (traduction de Erik SABLE).
Le jeu des qualités fondamentales de la Nature s'est alors arrêté.

Marc Delforge 12/02/2015 16:32

Il n’est pas question ici de transformation mais de fixation ennuyeuse dans un ravissement qui serait infini.

Sylvie 11/02/2015 00:58

La vie est incroyable, le bien aussi donc la vie est seulement la connaissance du bien alors pas de souffrance.

Sylvie 11/02/2015 00:32

Ce sont des gens qui aiment le bien et qu'ils ont pour seul et unique but le devenir, c'est travailler a sa cause sans mettre personne en cause (responsabiliser ou culpabiliser) alors le temps, un jour ou l'autre fait un arrêt équitable pour un juste retour et la transformation se fait réellement. Pour moi c'est de la vraie méditation.

Marc 11/02/2015 15:40

D’accord avec ton apologie du bien mais je faisais surtout ici remarquer que l’ « éternité » (ce concept que personne ne maîtrise vraiment, et pour cause) est plutôt une punition. D’ailleurs Woody Allen disait que « l’éternité c’est très long - surtout vers la fin. »
Quant au devenir, qu’en savons-nous ? Et pourquoi s’en soucier, demandait Ramana Maharshi : « Why should you worry about the future? You don't even know the present properly. Take care of the present and the future will take care of itself. »
(The Teachings of BSRM in his own words, p. 106)

Sylvie 07/02/2015 19:49

Le temps arrête pour les gens indulgents.

Marc 10/02/2015 18:02

C’est quoi, les gens indulgents?