Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

mise en garde

La méditation est bien sûr l’expérimentation du grand silence, de l’absence de pensées, mais c’est aussi l’art de maîtriser sa réflexion et non de se laisser penser (ou pensé), et c’est encore l’activité de la raison, c’est-à-dire l'activité pensante permettant de juger et d’agir conformément à des principes de bon sens, de mesure (le rien de trop de la Grèce antique) et de respect de l’autre*.

Parlant de la raison, cette antithèse de la croyance et du formatage religieux (et vertu bien aimée du méditant, dit en passant), Anne-Cécile Robert** en dit ceci :

« [… ], les Lumières distinguent la raison en ce qu’elle est le seul mode de connaissance commun à tous les humains et qu’à ce titre elle seule permet de construire un espace public pacifique. Comme le rappelle l’historien Zeev Sternhell, elle unit quand les croyances et les « identités » séparent.

[…] Elle conduit à la République***, qui ne reconnaît pas d’autre souverain que le peuple, ni d’autres lois que celles votées par ses représentants. En outre, elle se fonde non pas sur des certitudes, mais sur le doute méthodique qu’avait exposé Descartes. »

L’article nous rappelle aussi que cette raison est attaquée par la religion dominante chez nous, qui l’a accusée absurdement d’avoir conduit à Auschwitz, et d’autre part que les « six grandes religions » sévissant aujourd’hui au pays qui a généré la puissance libératrice des Lumières sont régulièrement consultées par les autorités de la République française dans les débats éthiques, bien plus que les mouvements des libres-penseurs ou de l’Union Rationaliste, en voie de marginalisation, eux, dans une société pourtant officiellement laïque.

Plus que jamais donc, pour chacun, en France ou ailleurs, la défense du déconditionnement est à mettre à l’ordre du jour.

 

 

 

 

*: Avec qui on se doit de partager un certain nombre de valeurs nécessaires au vivre- ensemble, cette acceptation étant valable si l’on reste dans le cadre de l’humanité, mais cet « autre » peut vouloir dire tout le vivant, ou même plus encore, le tout, manifesté ou non.

**: « Assauts contre les Lumières », Le Monde Diplomatique, février 2015, pp. 18 & 19

***: On est ici dans un journal français.

P.S.: Dans le billet du 18 février 2013 il était question de complémentarité. Un billet certes à relire pour compléter la réflexion du jour. 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article