Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

distinctions

La frontière entre la méditation et la vie est à l’image de celle entre le land art et le paysage naturel: floue, pour le moins.

Tout dans la nature ne relève-t-il pas déjà de l’art, tout dans la vie n’est-il pas déjà à méditer? La méditation n’est-elle pas la vie?: Question fondamentale.

 

 

 

 

P.S.: Dans le billet du 11 février 2011 il était question de paradoxe inhérent à la pratique méditative: nécessité.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
M
Et voilà bien une réponse à la Baudrillard (un déjà qui est trop tard), Gaspard.
Répondre
T
Le &amp;amp;quot;déjà&amp;amp;quot; arrive paradoxalement trop tard, <br /> Dans la méditation, les successions des instants sont perçues de manière infinitésimales, ce qui n'est &amp;amp;quot;malheureusement &amp;amp;quot;pas le cas de la vie courante, charriant des tsunamis de samskaras et nous emportant au hasard, balthazar!!!
Répondre