Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

insondabilité

En dégustant cet haïku de l’immense écrivain qu’est Kenneth White:

Propriétaire je suis moi aussi:

j’ai douze arpents de silence blanc

tout au fond de mon cerveau*.

je me suis posé la vertigineuse question suivante: « Le silence (l’absence de pensées) est-il une possession? ». J’attends toujours la réponse, fulgurante. Peut-être sous forme de haïku.

 

 

 

 

*: Haïku intitulé Mes propriétés, dans L’Ermitage des brumes, Kenneth White, éditions Dervy, Paris, 2005, p.128.

P.S.: Dans le billet du 23 janvier 2009 il était question de la marche en montagne comme métaphore de la méditation.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
T
Connaissez-vous un &amp;amp;quot;possesseur&amp;amp;quot; qui possède de manière non éphémère?<br /> Si j'ai encore l'idée ou la prétention de &amp;amp;quot;posséder&amp;amp;quot; le contenu de mon mental, alors c'est qu'il n'est pas encore transparent au point de révéler le silence de l'Esprit.
Répondre
M
Mais le silence blanc, dont parle K. White, peut-il être revendiqué par celui qui dit le connaître? Et la réponse à cette question peut-elle être péremptoire?
P
Un possession non, un état éphémère plutôt?
Répondre
M
Voilà.