Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

lucidité

Dans le parc humain il faut voir chaque homme comme un producteur/consommateur. Le producteur, on le rend soumis en lui disant que de la production (du travail, pour rappeler par l’étymologie le côté torturant de cette activité) il n’y en a pas pour tout le monde; le consommateur, on l’anesthésie en lui donnant à consommer des biens qui l’aliènent: les écrans, depuis la télé qui mange ses soirées jusqu’à ce smartphone qui le captive (le rend captif, pour être exact), le surveille et le suit partout (jusqu’aux lieux d’aisance) en plus d’endormir sa révolte.

Mais qui met à sa botte ce parc humain? Ceux qui y ont intérêt, diront certains, ceux qui ont le pouvoir. Cependant, à bien y réfléchir, cette réponse apparemment logique est peut-être trop simpliste. C’est que les puissants aussi souffrent de ces maux: ils se doivent d’être constamment sur la défensive pour conserver leurs privilèges et ils sont, autant que les citoyens lambda, anesthésiés par leurs écrans; le temps, cette seule vraie richesse, leur fait tout autant défaut.

On voit donc que personne n’est épargné par l’air vicié du temps. Peut-être faut-il donc cesser de voir cette soumission au labeur et cette addiction à ses dérivatifs sous l’angle d’une dichotomie manipulé/manipulateur et se demander si cette absence de révolte n’est pas plutôt dans l’ordre des choses de l'humanité quasi dans son ensemble, qui ne croit plus au bonheur et qui se suicide à petits feux.

Et si le seul antidote à cette attitude était la méditation de chacun?

P.S.: Dans le billet du 28 août 2010 il était question d’indicibilité, un très beau concept assurément.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

bon vent 29/08/2014 12:59

toujours aussi épris d'illusion nombrisliste et imbu de sa petite personne...

Marc Delforge 30/08/2014 08:36

Toujours rien d'autre à faire que de commenter des sites que vous ne comprenez pas? L'anonymat toutefois est une nouveauté...