Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

nuances

1/2

Méditer ce n’est pas acquérir, c’est s’enquérir, ce n’est pas quêter, c’est enquêter.

P.S.: Le billet du 23 juillet 2011 expliquait (dans sa première partie) quelque peu ces nuances: niveau de conscience.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après ... silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article
S
La méditation c'est tout sauf une poussée,
Répondre
S
Méditer c'est tout, sauf une poussée.
Répondre
S
Enquêter sur quoi ?.. Marcher, c'est méditer (en ne pensant à rien de précis, justement, à laisser filer les pensées et les pas, pourquoi enquêter, il n'y a rien à trouver pas même le but, qui est simplement le chemin de "méditation" ; ce matin, en méditation, je n'avais nullement le sentiment d'avoir "enquêté" (en-quête de rien ni de personne, puisqu'il n'y a même pas de quête, il n'y a que le chemin du méditant qui ne mène nulle part)...
Répondre
S
Premier pas : rompre avec le quotidien
S
Exatly sir... Et cela signifie encore beaucoup de travail à "rester continuellement dans votre cellule" (intérieure)... via l'Horologium sapientia d'Henri Suso (v 1295-1366)
M
D'où le fait qu'après toutes ces années je sois toujours en train d'explorer le champ de ce concept.
S
Je n'avais pris "enquêter" dans ce sens, en effet, néanmoins, l'objectivation n'est ni vraie ni absolue pour toute "pensée", laquelle n'étant jamais unique (propre à soi), donc forcément "des milliers d'autres "interprétations , autant qu'il y a d'êtres humains sur la planète, voyez, ça laisse un très très large champ d'optique pour définir le mot "méditation"...
M
Enquêter sur la question de savoir si sa propre définition de la méditation est la seule bonne, s’il n’y en pas des milliers d’autres, toutes relatives à un niveau de conscience particulier; enquêter aussi afin de ne pas déplorer que notre méditation soit différente de ce que l’on s’est conditionné à croire qu’elle devrait être (j’y reviendrai sur ce point dans un prochain billet).