Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

métaphores

Méditer c’est être conscient.

Etre conscient c’est être en dehors de l’ignorance. Exemple: vous vous dépêchez car vous pensez avoir bientôt un rendez-vous. Jusqu’au moment où vous consultez votre agenda; là vous apprenez que ce rendez-vous est pour demain. Ouf. Vous vous relâchez. Vous n’êtes plus dans l’ignorance. Et surtout, surtout, vous vous rendez compte que vous auriez pu ne jamais l’être: ce type de prise de conscience, portée à son plus haut niveau de l’esprit, serait l’éveil. L’état de conscience qui la suit, dans lequel il n’y a plus d’ignorance est ce que le méditant, non pas recherche, mais vit.

Autres métaphores de la prise de conscience:

- Descendre en roue libre quand on se rend compte enfin que pédaler ne permet pas d’aller plus vite.

- Se rendre compte que la porte de la pièce dans laquelle on se croit enfermé n’est en fait pas fermée à clé. (Notez au passage que le monde entier se croit à tort enfermé. Sauf le méditant bien sûr, mais c’est là une autre histoire. Quoi que.)

P.S.: Dans le billet du 11 juillet 2007 il était question de la mort: radicalité.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Harvey 14/07/2014 11:35

Je trouve la deuxième métaphore sur la méditation comme un pédalage en roue libre très juste, parce que la méditation n’est pas seulement cette prise de conscience de soi et du monde, mais aussi un abandon de soi : on se laisse aller au monde qui nous entoure, on l’accueille, de la même manière que l’on accueille toutes les émotions et les pensées qui peuvent nous traverser lorsque l’on médite, sans leur porter de jugement, sans les repousser.
On se laisse complètement aller, au lieu de vouloir toujours tout contrôler, tout juger et soupeser.

SAINT-SONGE 11/07/2014 19:45

Méditer est mon métier, B.