Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

délivrance

Les P. se lèvent tôt, travaillent beaucoup pour le grand capital, rentrent tard, sont même sollicités par « leur patron » certains week-ends. On les admire pour ce courage que n’ont pas, pas du tout même, les lecteurs de Thoreau et de Russell et les amateurs de chants de merle à toute heure du matin et du soir.

Les P. (et les V. aussi d’ailleurs) sont-ils des exemples à suivre? Sont-ils les bénéficiaires du système (matériellement, sans être nantis, ils peuvent avoir l’illusion de l’être) ou ses victimes gaiement (en apparence?) soumises? Cette soumission leur paraît librement choisie, mais n’est-ce pas là un non-sens dont un déconditionnement seul les délivrera? Mais, direz-vous, comment ce déconditionnement pourrait-il s’opérer sans ce temps libre que les P. et les V. n’ont pas pour la méditation, le silence, la jouissance de l’instant sur fond de merle chanteur et la recherche du sens?

​Cruciales questions.

P.S.: Dans le billet du 17 juin 2008 il était question de cette Réalité Ultime dont rien ne peut être dit: démystification.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article