Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

exceptions

2/2

Dit autrement, vivre ses rêves ou rêver une vie que l’on ne connaîtra jamais, n’est-ce pas le grand dilemme*?

Sauf pour le méditant peut-être, qui vit sans rêves pour être au plus près d’un réel qu’il essaie de comprendre.

*: Sachant que 98% des gens (au moins) choisissent la seconde option.

P.S.: Dans le billet du 30 janvier 2011 il était question en quelque sorte de définir quelques concepts importants: le plaisir, la joie, le contentement, le bonheur et l’extase.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

SAINT-SONGE 30/01/2014 18:20

vivre ses rêves ou rêver une vie ( là, c'est toujours "rêver" de mieux, de otute façon, n'étant jamais content, ravi, heureux de cette vie qu'on a ou qu'on peut avoir : rêver sa vie, c'est sublimer les interdits ou ce dont on n'ose pas vivre ; vivre ses rêves, c'est parfois être à côté de ce que l'on doit être "réellement", vivant ainsi dans des nuages... MEDITER C'est vivre en étant là où l'on se rouve sans viser l'ailleurs

marc Delforge 02/02/2014 16:28

Excellente conclusion.