Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

conditions

Si la méditation est (par essence) l’absence de précipitation*, l’éveil, lui, serait sans doute l’absence de désir.

On voit donc, considérant ce second point, que la première (la méditation) ne peut être un passage obligé vers l’autre (l’éveil), elle ne peut même en être une condition sine qua non, ce qui ne veut pas dire qu’elle n’en facilite pas l’avènement – à condition bien sûr de ne pas le savoir. C’est qu’il y aurait alors désir (même seulement inconscient) et précipitation (même seulement inconsciente). (A considérer cette similitude des obstacles on voit pourquoi la méditation a été évoquée en introduction.)

Précipitation et désir ne faisant qu’un, méditation et éveil pourraient ne faire qu’un non plus**. A condition de ne pas le savoir.

*: Voir le billet précédent: radicalité.

**: « L’état d’esprit qui existe quand vous êtes assis dans la bonne posture est, lui-même, illumination », disait Shunryu Suzuki**, cet ardent défenseur d’une posture rigoureuse telle que recommandée dans le soto zen, dans Esprit Zen, esprit neuf, p. 39, éd. Points Seuil, 1977, un ouvrage fondamental quoique mal traduit de l’anglais, comme on le voit déjà dans la mauvaise traduction du titre original Zen Mind, Beginner’s Mind (Ed. Weatherhill, New York & Tokyo, 1983). Dans ce dernier, le passage en question se trouve en page 28.

P.S.: Le billet du 6 janvier 2011, difficile, s’intitulait étapes.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article