Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE

silence

Tous ceux qui veulent se dépasser, ce qu'ils espèrent ainsi rattraper c'est le silence en eux-mêmes.

Jacques Mayol et Enzo Majorca allaient le chercher avec leurs seuls poumons dans les moins cent mètres*; Hillary et Messmer dans les neiges éternelles; le moine zen, chaque jour, en s'obligeant à la présence dans la rectitude sans gloire de l'assise; le méditant en transcendant l'acte de la méditation (désir d'atteindre le silence) pour s'extasier dans le non-désir, dans la méditation-silence, quant à l'homme qui est ce qu'il est (TAT TVAM ASI: Tu es Cela, dit le sage indien), en ne faisant rien pour cela car dans ce qu'il est **, est le silence.

Dans ce qu'on recherche au delà de soi (en voulant se dépasser) il n'y a cependant que l'illusion (maya), en l'occurrence une approximation du silence qui justifie déjà toutes les folies mais qui, vu d'une mystique "hauteur", représente une (parfois formidable) perte d'énergie pour arriver à ce que l'on est [SOHAM: Je suis Lui, Brahman (AHAM BRAHMA ASMI) ou Shiva (SHIVOHAM) qu'importe Son nom, il est le Père et ce Père et Moi ne font qu'UN et c'est cela l'ESSENTIEL et c'est ainsi que JE SUIS].

*: Revoir le film "Le grand bleu" de Patrick Besson ou retrouver l'article de Patrice van Eersel dans la revue "Actuel" de septembre 88 où l'on découvrait un Jacques Mayol mystique quand il disait (p. 79): "Dès qu'il y a lutte il y a conflit." et "Au fond de soi il y a le calme.", ainsi qu'un Enzo Majorca qui ne l'était pas moins, lui qui avouait être descendu (il s'agissait d'un aveu émerveillé et non d'une fanfaronnade de sportif) à moins 101 mètres à 57 ans "sans le moindre effort".

**: Comme pour tous les autres (qui eux aussi sont ce qu'ils sont), mais eux l'ignorent. C'est cela l'ignorance fondamentale (avidya), créatrice de l'illusion tout aussi fondamentale (maya) dans laquelle se perd un monde prisonnier des implacables lois karmiques régissant la vie-souffrance.

P.S.: Dans le billet du 7 novembre 2007 il était fait l’apologie de l’assise en silence.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.
Voir le profil de Marc sur le portail Overblog

Commenter cet article

Saint-Songe 07/11/2013 17:43

OUI...Dans "l 'ici et maintenant", peut-être là la solution : surfez sur les souffles de la vie événementielle ou non... Hier je fus un autre que je suis aujourd'hui, demain ne l'étant déjà plus.. Il y a "lutte / confllit" par projection de l'ego/mental en mode binaire, justement !...: imaginez deux paumes s'appuyant l'une contre l'autre, et se poussant, cherchant à dominer la force de l'autre tandis qu'en prière, les mains se rejoignent, paumes silencieuses !... A faire tourner les mains en spirale, je dis que cela représente la danse de la vie !...